«

»

Portland Trail Blazers

La franchise de Portland entame une reconstruction importante lors de la saison 2011-2012. La fin de carrière de Brandon Roy constitue la première étape. Après l’annonce de son retrait pour ses problèmes de genoux, la franchise annonce qu’elle utilise la nouvelle possibilité offerte l’accord signé entre les joueurs et les propriétaires. Celle-ci, nommée amnesty clause permet à une franchise de se séparer d’un joueur sans que le salaire de celui-ci soit inclus dans le calcul du plafond salarial de la franchise. Cela permet le recrutement de Jamal Crawford. Le no 1 de la draft 2007 est de nouveau absent pour le début de la saison, laissant le vétéran Marcus Camby occuper le poste de pivot dans un cinq également composé de Raymond Felton, Wesley Matthews, Gerald Wallace, LaMarcus Aldridge. Les dirigeants sont également confrontés au choix de resigner Gerald Wallace et Nicolas Batum, tous deux en fin de contrat à la fin de saison et évoluant sur le même poste. Aucune décision n’est prise dans les délais impartis et les deux joueurs sont donc “restricted free agent” au terme de la saison.

Sur le plan sportif, les résultats ne sont pas à hauteur des objectifs attendus. Des tensions apparaissent au sein de l’effectif et plusieurs joueurs réclament le départ de l’entraîneur Nate McMillan.

Les dirigeants décident de poursuivre la reconstruction : la veille de la clôture du marché des transferts, ils échangent le 13 mars Marcus Camby, considéré comme le meneur de la révolte du vestiaire, contre le pivot Hasheem Thabeet et le meneur Johnny Flynn des Rockets de Houston. Gerald Wallace est lui envoyé chez les Nets du New Jersey contre Mehmet Okur et Shawne Williams. Greg Oden et Chris Johnson sont ensuite libérés de leur contrat, pour permettre aux nouveaux arrivants de rentrer dans l’effectif. Durant la même période, Nate McMillan est licencié. Il est remplacé par son assistant Kaleb Canales.

En juillet 2012, Portland recrute l’ailier espagnol Víctor Claver que le club avait drafté en 2009.